Ferme Aux petits oignons

Préparer l’été à l’hiver et au printemps, chez les maraîchers, on travaille fort à pousser la belle saison et on est en plein dans les semences…Notre complice de la Ferme aux petits oignons, à Mont-Tremblant, nous rappelle qu’effectivement, l’hiver est pour eux une saison bien remplie par le travail de planification et de gestion de leur système hautement complexe de production diversifiée bio et de mise en marché directe …toujours de nouvelles idées pour améliorer l’offre. » Extrait de capsule audio CIME FM:

Les aliments biologiques sont de plus en plus populaires. Le Québec compte près de 1 000 exploitations biologiques, des entreprises qui respectent un cahier des charges rigoureux pour avoir le droit d’utiliser l’appellation «bio». Depuis février 2000, le terme «biologique» est protégé au Québec. Les appellations «biologique», «organique», «écologique» et «biodynamique» sont soumises à des règles, tant pour la certification que pour l’étiquetage. Le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) est la seule autorité compétente provinciale qui accrédite des organismes de certification. AU QUÉBEC, LE TERME «BIOLOGIQUE» INDIQUE QU’IL N’Y A EU AUCUNE…

  • … utilisation de pesticides ni d’herbicides à l’étape de culture.
  • … utilisation de fertilisants de synthèse ni de boue d’épuration.
  • … utilisation de semences génétiquement modifiées (OGM).
  • … utilisation d’antibiotiques ni d’hormones de croissance lors de l’élevage des animaux.
  • … utilisation de farines animales dans la moulée.
  • … surpopulation animale dans des bâtiments fermés: l’espace, la lumière naturelle et l’air frais ont été préconisés.
  • … utilisation d’ingrédients artificiels, aucun ajout d’additif de synthèse ni d’agent de conservation, aucun usage d’irradiation pour les aliments transformés.

Ne porte pas la mention «biologique» qui veut… Et qu’en est-il de ces traces révélées en janvier dernier par les médias dans les aliments bio? Véronique Bouchard de la Ferme aux petits oignons s’intéresse à cette appellation depuis 15 ans et voici quelques commentaires : « …ce n’est pas la première fois que ce genre de « nouvelle » atterrit sur la place publique. Dans l’étude en question, très peu d’informations ont été rendues disponibles. Par exemple, on ne sait pas de quel type de pesticides il s’agit (biopesticides ou pesticides chimiques). De plus, on ne compare pas le taux de contamination des aliments conventionnels à ceux qui sont bio. Les pesticides dits de première génération, comme le DDT, étaient beaucoup plus persistants dans l’environnement et on en retrouve même encore des traces dans le Grand Nord canadien (où il n’y a jamais eu d’épandage à des milliers de kilomètres à la ronde). … Ce que je sais, c’est que le processus de certification bio au Québec est considéré comme un bon système, assez sévère. » Alors on continue dans la région à s’efforcer dans cette culture.  Il y a toujours CINQ BONNES RAISONS DE MANGER BIO

  1. L’environnement est protégé
  2. Les aliments sont potentiellement plus nutritifs
  3. Les animaux sont respectés
  4. Les aliments ont meilleur goût
  5. C’est mieux pour la santé

Comme on ne donne ni hormones ni antibiotiques aux animaux élevés dans des fermes biologiques, et comme les aliments bio transformés ne contiennent ni colorant, ni arôme artificiel, ni agent de conservation chimique, ce type de denrées est meilleur pour la santé. En plus, ACHETER LOCAL: UN GESTE QUI RAPPORTE L’achat local comporte de nombreux avantages. On revient à la souveraineté alimentaire et si chaque Québécois ajoutait 30 $ d’aliments québécois à son panier d’épicerie par année, on augmenterait d’un milliard de dollars les revenus liés à la vente de produits alimentaires du Québec en cinq ans. Les différentes campagnes à sensibiliser les Québécois ont de l’importance sur l’achat local, un geste qui encourage les producteurs de chez nous et limite la production de gaz à effet de serre (émis lors du transport des aliments importés). C’est le temps de vérifier et de réserver vos paniers au fermier de famille de votre choix, en plus de vous approvisionner en légumes frais, locaux et bio, vous posez un geste concret pour soutenir l’économie et l’agriculture locale. Les paniers bio en bref: •             une durée de 12 à 22 semaines; •             de juin à octobre; •             de 6 à 12 variétés de légumes frais, biologiques et locaux dans chaque panier; Pour plus d’information, le lien est le www.paniersbio.org , toutes les informations s’y retrouvent pour toutes les régions. Beaucoup de producteurs se soucient de cette alimentation saine et il n’en tient qu’à nous de faire le choix et de s’approprier des aliments de notre choix. Plus que les paniers bio du maraîcher, il y a les fromages fins des Fromagiers de la Table Ronde de Sainte-Sophie, les produits de la Ferme Morgan où la nourriture doit être produite en conformité aux normes exigeantes d’Ecocert, afin d’être certifié bio. Bonne découverte et bonne bouffe!

Laisser un commentaire